Boris Jakobek

Artiste
Collagiste et sérigraphe

Nantes

Série de collages

Mais qui est cet homme ?

L’artiste joue avec la répétition et la déconstruction de l’archétype masculin d’une époque pas si lointaine, il découpe, colle, efface ….
Le portrait en noir et blanc au regard intense se transforme en plusieurs compositions surréalistes, dada, pop … donnant à la série un rythme vibrant et en même temps une vision ironique de notre époque.

Polyptyque composé de 14 collages / chaque collage mesure 19 x 19 cm / encadrement sur-mesure en bois de chêne.

disponible

Sérigraphies sur papier

/ Footbridge of sadness
Sérigraphie – 50 x 70 cm – 7 passes – 20 exemplaires sur Olin 300g – 2020

/ Ho visto
Sérigraphie – 50 x 70 cm – 4 passes – 21 exemplaires sur Olin 300g – 2019

/ Un faux refuge
Sérigraphie – 50 x 70 cm – 4 passes – 20 exemplaires sur Olin 300g – 2020

/ Un véritable remodelage de la planète
Sérigraphie – 50 x 70 cm – 2 passes – 10 exemplaires sur Olin 300g – 2019

disponible

Boris Jakobek

Boris Jakobek est affichiste et imprimeur sérigraphe, il vit à Nantes. Il est diplômé de l’école des Beaux Arts de Lorient ( DNAP en 2000, DNSEP en 2002 )
Il « fabrique » des affiches de concert, des pochettes d’album, des sérigraphies, des collages, fanzines à l’aide de vieilles revues imprimées, de découpage / collage papier, d’un scanner et d’un ordi, d’un photocopieur un peu défaillant, de quelques  gestes picturaux, et d’un atelier de sérigraphie. En opérant des aller-retour constants entre ces différents médiums, entre analogique et numérique, entre aléatoire et déterminé,  il montre la plupart du temps ces images sérigraphiées sur papier  en micro-édition.
En parallèle à cela il fait parti des Loubards Pédés (collectif à l’initiative du Fouloir et du Grigri,  lieux officieux de création / diffusion musicale fonctionnant de manière autonome, à l’écart des institutions) dont il a réalisé la plupart des affiches depuis 10 ans, il est membre actif du projet d’édition collectif en sérigraphie « Fantôme ».
Plus globalement il s’inscrit dans le réseau « alternatif » de la micro-édition, et travaille parfois en tant que graphiste pour quelques associations et institutions culturelles.