Hélène Delépine

Artiste céramiste

Nantes

Echafaudée, Archisteroids  & Architeorites

Ces images et sculptures s’inscrivent dans une recherche plastique et théorique axée sur une hypothèse qu’il s’est produit quelque chose. Cette prémisse est matérialisée en plusieurs figures résiduelles, éclats d’un univers morcelé, fragments épars d’un monde en déclin.

Fusions imaginées entre le débris spatial et la roche lunaire, elles incarnent une synthèse de ce qui resterait, pour le sublimer comme tel.

” Se situant dans un cheminement transversal qui explore les rapports d’échelle et la permutation du réel et de notre imaginaire, l’œuvre d’Hélène Delépine mêle l’architecture à l’objet, le passé au futur, l’essor à la ruine.

(…) Une autre caractéristique dans son travail est d’opposer quelquefois dans une même pièce un caractère très géométrique à un aspect organique, voire « primitif » de l’argile. (…) ”

Michèle Peinturier-Kaganski, directrice de l’école d’art Claude Monet d’Aulnay-sous-Bois, 2018

“Se situant dans un cheminement transversal qui explore les rapports d’échelle et la permutation du réel et de notre imaginaire, l’œuvre d’Hélène Delépine mêle l’architecture à l’objet, le passé au futur, l’essor à la ruine.”

Échafaudée grès noir/ émail / H.20x10x10 cm / Série limitée

disponible

Archisteroids blanches & noires / grès noir chamotté  modelage /  h. 16 x 18 x 18 cm dimensions variables

disponible

Architeorite / grès noir chamotté, émail noir mordoré, modelage / 10 x 10 x 10 cm.

disponible

“Une autre caractéristique dans son travail est d’opposer quelquefois dans une même pièce un caractère très géométrique à un aspect organique, voire « primitif » de l’argile.”

Vase Collision

Vases Collisions suspendues / moulage, modelage / grès noir chamotté, émail noir mordoré / série de 8 éléments / dimensions variables min : H.20 x 10 x 15 cm, max : H .50 x 30 x 20 cm.

disponible

Hélène Delépine

Hélène Delépine débute ses études en Art et en Céramique à l’Ecole Supérieure des Métiers d’Arts d’Arras. Elle poursuit son cursus à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges où elle est diplômée en 2013. La terre est son matériau de prédilection. Elle cherche au travers de sa pratique ses potentialités et ses capacités à figurer et interroger des états d’entre-deux qui peuvent mener à des contradictions. En montrant des formes figées par le feu, Hélène Delépine souhaite que la nature intemporelle de la terre puisse éprouver les relations entre ce qui s’édifie et ce qui se délite, entre ce qui appartient au présent et ce qui relève du passé, entre les projections intimes et ce qui existe en réalité. L’artiste choisit le travail de la terre et les procédés de la céramique comme passeur de sa relation plastique au réel architectural. Son travail est un jeu de construction d’images fait d’expériences d’assemblage et de combinaison qui fonctionne par déplacement, translation ainsi que par l’usage du signe et de l’indice. Elle utilise un répertoire d’images qui ont une capacité à s’abstraire. La ville est un vivier de formes abstraites mais réelles que l’artiste fragmente, replie ou déploie comme un ensemble de signes, un alphabet à portée de regard et dont il s’agit de révéler le potentiel fictionnel.